05/07/2017

Voisins, je vous aime

Les relations de voisinage nagent parfois dans le cirage... J'ai une voisine, une vieille dame très digne, très sûre de ses droits et très râleuse... A plus de quatre-vingt ans, elle cultive son jardin toute seule. Arbres fruitiers, légumes, fleurs, elle fait de son mieux , mais a de la peine à suivre. Comme ses moyens sont modestes, elle ne peut pas se faire aider. Nous avons une frontière commune avec des haies échevelées, qui poussent diablement vite. Comme, elle ne supporte pas la moindre intrusion végétale étrangère sur ses terres, elle joue du sécateur pour repousser les intrus qu'elle glisse aimablement de mon côté. Allez, soyons chrétien, je lui pardonne volontiers, d'autant plus qu'elle couve un pommier, assez rachitique, qui m'envoie ses fruits, jamais vraiment mûrs, en plein sur mon chemin.  

Sur l'autre bord, très occupée à tailler sa haie (encore...), ma charmante voisine latérale monte régulièrement sur une échelle pour couper ses végétaux au cordeau. Elle se penche, oublie l'échelle, "cupesse" et atterrit sans dommage dans mes plates-bandes. Ni vu, ni connu, en catimini, elle rentre chez elle, toute déconfite et c'est bien plus tard qu'elle ose me raconter sa culbute. Depuis ce premier exploit, elle se tient à carreau, heureusement pour elle. Mais je l'absous volontiers, car chaque décembre, elle et son mari préparent un vin chaud du tonnerre, avec de délicieuses gourmandises. A ce tarif, elle peut bien écraser mon herbe.

En définitive, les relations de voisinage sont sages comme une image. Il n'y a pas de scène de ménage, personne ne crie, ne fait de la musique jusqu'à point d'heure et ne bouche le passage dans le chemin commun, somme toute étroit. Alors, oui, voisins je vous aime et je ne vous échangerais pour rien au monde.

18:07 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Hélas tout n'est pas si rose ! mais j'ai une idée pourquoi ne pas prendre chez vous le footeux qui ne comprend pas pourquoi certains refusent de rester debout pour crier goal ou applaudir suite à un but et ce à n'importe quelle heure de la nuit
Ce qui ne fait le plus rire c'est qu'en remontant la clé des souvenirs l'horloge du temps s'est arrêtée sur 1949 ou un père vivant chez sa concubine venait écouter Squibs et ses braillées sur le poste qui était situé à deux pas de la chambre de sa gosse pour l'empêcher de siester
Ce qui se terminait en disputes avec la femme remontée contre lui et ses copains devenus par la suite patrons, du footeux
Quand le destin s'acharne rien n'y fait cependant construisons des immeubles pour les sportifs et des immeubles pour les non sportifs et ne me demandez pas pourquoi je n'aime vraiment pas le sport /rire
Alors en effet u vu de votre billet on peut d'ores et déjà vous dire ,quelle chance et tant mieux pour vous
Bonne journée

Écrit par : lovejoie | 06/07/2017

Le voisinage peut être agréable comme très désagréable : j'adore sortir le matin tôt et ... je dérange !

Je me sens espionnée, surveillée : "vous êtes partie tôt ce matin", "vous sortez encore", "vous faites quand votre ménage", "vous avez déjà fait vos courses", "vous allez où ?" etc...

Entendu aussi : "ça doit être sale chez elle" ! J'ai invité la personne sur le champ qui s'est excusée, excuse dont j'ai pris note uniquement sans l'accepter.

Ferait-on des réflexions aussi désagréables à un homme : certainement pas !

Et je continue à sortir ...

Écrit par : Marie | 06/07/2017

@ Lise Wyler, Lovejoie et Marie,
Profitez, vous ne connaissez pas votre bonheur.
Nous étions dans l'heureuse situation de Lise.
La voisine décède, la parcelle est reprise par un promoteur, résultat 5 (cinq !) villas contigües, 3 piscines, 10 bagnoles sans compter celles des invités pour les partys organisées régulièrement par les uns ou les autres !!!
Bel été à vous !
AP

Écrit par : A. Piller | 08/07/2017

@ A. Piller : je suis de tout cœur avec vous !

Scénario vécu un été : le propriétaire ayant eu un revers de fortune, il a vendu la propriété.

Bon dimanche à tous

Écrit par : Marie | 09/07/2017

J'habite un locatif de 6 étages, les bruits de voisinage sont rares. Parfois, je me dis que je suis la seule résidante des lieux.
On se croise aux boîtes-aux-lettres ou au parking.
On se salue poliment et éventuellement on se plaint du temps.
Et c'est tout !

Écrit par : Opaline | 08/07/2017

Les commentaires sont fermés.