27/08/2017

Mécréante ou pas

Protestante, j'ai tout fait bien... L'école du dimanche, la première communion, maîtresse d'école du dimanche, enseignement de la religion en primaire, mariage à l'église et parcours protestant bien balisés de mes enfants... Et pourtant, maintenant, tout ça me semble dans les oubliettes. Pourquoi, la faute à qui? Personne en particulier, mais la vie qui va et qui vient comme un ressac, emporte parfois les convictions et change les croyances. Pourtant, je suis attachée à l'enseignement de la bible, mais à ma façon. Présomptueux? Peut-être.

Bref, j'aime aller au Musée de la Réforme et admirer Calvin dans ses œuvres. Mais le reste?

Il faut dire que l'église (protestante toujours) n'aide pas beaucoup. Vous recevez à la maison des informations et un bulletin trimestriel, mais  toujours avec une demande de fonds et un bulletin de versement. C'est normal, l'église a besoin de vous pour survivre. Mais c'est lassant, on vous prend pour un mécène permanent. Malade pendant dix ans, mon mari n'a jamais vu l'ombre d'un pasteur. Il paraît qu'il faut solliciter une visite. Mais dans ces cas-là, il y a tant de choses médicales à penser et à résoudre que vous faites l'impasse sur le reste. Donc, oui, un peu déçue de l'église; mais je ne nie pas ma responsabilité.

Pourtant protestante un jour, protestante toujours. De charmantes dames d'une secte très convenable m'ont entourée de leur attention et tenté très diplomatiquement de m'attirer dans leurs filets. Peine perdue, je reste fidèle aux enseignements et aux croyances de mon enfance, sans les pratiquer au vu et su de tout le monde. Alors pas pratiquante, avec des idées un peu déviantes des textes de base, suis-je pour autant une mécréante? A vous de voir!

09:13 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Excellent et très juste !

Je reçois aussi des BV - qui passent directement au classement vertical -, j'ai suivi le même parcours que vous et pourtant jamais on ne m'a tendu la main lorsque je me suis retrouvée - en 1994 - seule avec deux grands ados, sans emploi pas un téléphone, ni un courrier, ni une visite ... cela en dit long sur la situation des églises !

Bon dimanche à vous

Écrit par : Marie | 27/08/2017

Très très bon billet ,bienvenue dans le club des nombreuses autres Protestantes dont les états d'âmes sont identiques à ce qui est décrit ici
Il est vrai qu'avec un conjoint malade le reste du monde nous échappe complètement mais heureusement il y a les impôts prouvant que d'autres ne nous oublieront jamais
Bonne journée Madame Wyler

Écrit par : lovejoie | 28/08/2017

Il serait important de savoir, si vous avez informé la paroisse de votre situation et si vous avez demandé de l'aide.
Lorsque mon conjoint était très malade, j'ai appelé pour m'excuser de ne pas être présente à certaines activités auxquelles je participais, mais en donnant la raison à la secrétaire. Je n'ai rien demandé.
Le pasteur m'a appelée quelques heures plus tard et m'a donnée des conseils d'ailleurs très terre à terre, parmi les meilleurs que j'aie reçues pendant cette période. Il m'a proposé de nous voir et d'en parler davantage.
J'étais trop débordée pour pouvoir envisager un rendez-vous, mais la demie-heure au téléphone reste très vivace dans mon souvenir. Sur le moment, cela m'a vraiment aidée, et j'étais surprise par le caractère séculaire de la conversation.
C'est peut-être une façon paradoxale de "défendre" l’Église, mais c'est aussi un aspect de son travail. Des institutions comme "le Centre Social protestant" ( l'équivalent de "Caritas") sont très terre à terre.

Écrit par : Calendula | 28/08/2017

Merci pour cet intéressant témoignage qui me touche tout particulièrement vu que comme vous, je suis tombé dans la marmite du protestantisme à ma naissance et que je suis parvenu, contre vents à et marées, à conserver la foi et ma croyance et ces valeurs protestantes qui ont constitué le fondement de mon éducation.

Et si je me suis impliqué, en son temps, dans une paroisse protestante réformée (à Montréal), aujourd’hui je ne crois plus trop au soutien et à la solidarité des communautés (que je ne recherche pas d’ailleurs).

Il n’en demeure pas moins que j’apprécie beaucoup de me rendre à chaque fois que j'en ai l'occasion au culte à St-Pierre. D'abord parce que les serments y sont toujours, quel que soit le pasteur, d'un excellent niveau, aussi édifiants que porteurs d'espérance mais, en plus, c'est la seule paroisse où personne (trop heureux de constater la rare apparition d'une personne inconnue au sein de la maigre assemblée constituée des habituels et anciens paroissiens...) ne vous aborde pour faire connaissance.

Bref, parallèlement à ma façon de vivre et de croire en toute liberté, j’ai constaté, à ma grande joie, que les cultes à la Cathédrale m’apportaient un véritable plus et je ne saurais, par conséquent, que trop vous encourager à tenter (une fois encore…) l’expérience.

Écrit par : Vincent | 28/08/2017

"Protestante, j'ai tout fait bien... L'école du dimanche, la première communion, maîtresse d'école du dimanche, enseignement de la religion en primaire, mariage à l'église".
Il ne vous reste plus qu'à passer par l'office religieux qui constituera le point d'orgue de vos funérailles. Le pasteur tiendra un beau secours dans lequel il rappellera vos mérites en insistant sur votre foi à toute épreuve.

C'est ça, les croyants d'aujourd'hui. Et les Églises se prêtent au jeu de cette monumentale hypocrisie. Tant qu'il y aura des gens pour payer un impôt ecclésiastique et pour envoyer des dons, cette comédie continuera.

Comme beaucoup de gens, vous avez traversé la vie sans y comprendre grand chose, sans véritable remise en question, vous contentant de l'endoctrinement auquel vous avez été soumise au cours de votre enfance.

Êtes-vous pour autant mécréante? Ne vous faites pas de bile à ce sujet car nous sommes tous des mécréants: les chrétiens et les athées pour les musulmans, les musulmans et les athées pour les chrétiens, les chrétiens et les musulmans pour les athées.

Et Dieu, dans tout cela?
«Quoi que tu imagines dans ton esprit, Dieu est différent de cela»
(Dhū n-Nūn al-Misrī, 796-859)

Écrit par : Mario Jelmini | 28/08/2017

D’accord avec vous : « Protestante un jour, protestante toujours ». Si les temps changent, il y a des valeurs qui demeurent.
Mon mari est décédé chez nous. Il n’a jamais reçu la visite d’un pasteur ni même un coup fil. Pourtant, les plaquettes et les BVR de la paroisse ou de l’Eglise protestante de Genève connaissent bien mon adresse.
Sur la page de couverture, du rapport d’activités de l’ENP, que je viens de recevoir, (avec le BVR joint), on peut lire : « Témoins d’espérance depuis 1536 ». A cette époque, la peste, ce fléau, s’abattait ponctuellement sur la cité genevoise. II n’était pas rare de voir sur une échelle dressée contre le mur d’une maison, un pasteur, qui par la fenêtre ouverte, au risque de sa vie, réconfortait le pestiféré et sa famille emmurés chez eux.
Bien sûr, aujourd’hui la situation est complexe : dans un Monde malade, l’Eglise mène des actions en conséquence. Inutile de mettre sa vie en jeu pour témoigner, mais une église de proximité serait-ce possible ?

Écrit par : Opaline | 28/08/2017

Merci Madame Wyler pour ce charmant témoignage : nous avons été dans la même marmite protestante sans doute et moi aussi , j'ai attendu qu'un pasteur ou autre me tendent la main quand ma fille, âgée de 20 ans, a fait une rupture d'anévrisme. De longs mois seule, devant tant de souffrances, j 'aurai aimé avoir un peu de soutien de ce côté là ... Je me suis donc éloignée de l'église car je n'attends plus rien d'elle.
Vos parents, comme les miens nous ont enseigné de belles valeurs... continuons à les enseigner..

Écrit par : Ecirtaeb | 28/08/2017

"Vos parents, comme les miens, nous ont enseigné de belles valeurs... continuons à les enseigner."
Pourriez-vous nous citer quelques-unes de ces belles valeurs?

Écrit par : Mario Jelmini | 29/08/2017

"Pourriez-vous nous citer quelques-unes de ces belles valeurs?"

La question ne m'est pas adressée mais j'ose me permettre d'y répondre de manière non exhaustive.

Amour de son prochain, Respect, Solidarité, Humilité, Egalité, Altruisme, Liberté, Emancipation, Ouverture, Partage du savoir et du pouvoir, Refus du totalitarisme, de l'absolutisme, du dogmatisme, etc. etc.

Écrit par : Vincent | 30/08/2017

"Amour de son prochain, Respect, Solidarité, Humilité, Egalité, Altruisme, Liberté, Emancipation, Ouverture, Partage du savoir et du pouvoir, Refus du totalitarisme, de l'absolutisme, du dogmatisme, etc. etc."

Ces valeurs sont inculqués par les parents!

Écrit par : Patoucha | 31/08/2017

Les commentaires sont fermés.