27/11/2017

Belle-Idée et les requérants

Pas de chance... La commune de Thônex voit son recours contre le projet de centre de requérants à Belle-Idée rejeté par La Cour de justice. Un recours des voisins connait le même sort. De qui se moque-t-on? Dans une zone villa, qui devrait à terme être classée en parc public et en zone agricole, on implante quatre bâtiments en bois sur trois niveaux de quarante mètres de long. Soi-disant pour une durée de seulement dix ans. Mais on connait ces constructions provisoires qui n'en finissent pas d'exister. Et le prix: 20 millions! Alors qu'on lime sur tous les budgets et qu'on prive bien des institutions d'intérêts publics de subventions. On n'est pas à une contradiction près.

De plus, il y a deux poids, deux mesures. A Onex, un projet de centre de requérants a été abandonné, car estimé non-conforme au plan localisé de quartier. On se pince; pourquoi à Thônex dans une zone villa promise à passer en parc public et zone agricole, on autorise ce qui est refusé ailleurs.

Est-ce que la coexistence de 370 migrants avec les patients d'un hôpital psychiatrique est vraiment une bonne chose. Ces deux populations sont-elles compatibles?

Et la commune verra ses charges augmenter, car la voirie, les dessertes et les bâtiments scolaires viendront gonfler son budget. Et enfin, peut-être dernier argument: le flot des réfugiés est en train de diminuer, donc même avec des centres qui vont fermer, il devrait y avoir assez de place. Trop de prévoyance n'est pas souhaitable, elle risque d'être inutile.

Héberger des migrants près de chez soi.? Pas de problèmes, mais pas autant et pas avec tant d'emprise sur un terrain promis à la verdure

15:46 Publié dans Thônex | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour

D'accord avec vous, projet stupide comme tout ce qui se fait actuellement dans cette zone...et ailleurs.

Mirage, mitage, mirage, mitage...

Écrit par : absolom | 27/11/2017

Il fallait proposer une solution de rechange et envoyer les réfugiés à la campagne genevoise.
Pourquoi pas à Vandoeuvres ou Cologny.
Ah c'est vrai, j'oublie que la majorité de nos magistrats "indépendants" habitent cette région. Il ne faut surtout pas les déranger.

Écrit par : Boccard | 27/11/2017

Pourquoi pas à côté de la FAVRA, route de Jessy.? Un grands terrain vague là !?

Vous retardez Boccard! Mettez vos infos à jour! De plus il y a beaucoup de suisses qui y habitent! Votre idée est pour emm.... qui? Les riches étrangers qui payent de lourds impôts? Ce sont les habitants suisses qui se sont opposés à la construction d’un pont « sous leurs fenêtres « ...... pour la traversée de la rade!

Écrit par : Patoucha | 29/11/2017

"...De qui se moque-t-on?..."

Appelez les Genevois à se manifester en force. Il n'y a que cela qui marche!
Prenez exemple sur ce que l'Etat cède quand les manifestants font bloc: Sitting, blocage etc...

Écrit par : Patoucha | 27/11/2017

Et, donc, chère Madame privilégiée, on les met où, ces personnes ? ( Qui, pour rappel, sont chacune comme un (ou une) comme vous et moi.)

Écrit par : qewagmnkaoé | 27/11/2017

Pourquoi pas pour commencer chez vous?

Ne garder que les enfants et les femmes! Et retour au pays pour les hommes. Ils y seront plus utiles!

Écrit par : Patoucha | 29/11/2017

Il y a près de 10 ans j'ai demandé au Grand Conseil et au Conseil Municipale par pétition avec une seule signature, des logements d'urgence pour des gens d'ici dans la précarité, chômeurs, sdf, étudiants, on m'a dit qu'il n'y avait pas de train pour ça! C'est vrai aussi que je demandais un peu de terrain supplémentaire pour faire des petits jardins potagers ça doit être pour ça! (On doit encore trouver la pétition à mon nom sur google!) Fuir l'Europe me semble la seule solution!

Écrit par : dominique degoumois | 28/11/2017

qewagmnkaoé...

Je sais que votre question s'adresse à Madame Wyler, toutefois permettez-moi de vous dire que le problème n'est pas tant où loger ces gens mais bien que faut-il en faire ?

Et comme le dit Boccard, la zone Cologny - Hermance aurait largement de quoi "densifier"...

Écrit par : absolom | 28/11/2017

Un autre Hôpital Psychiatrique a connu les mêmes déboires dans le sens ou il y eut des levées de boucliers pour ne pas mélanger les genres puis peu à peu les choses se calmèrent grâce aux Roms qui grâce à leur présence toujours aussi critiquée ont permis aux migrants ,réfugiés ainsi que le personnel de retrouver une ambiance beaucoup moins lourde à supporter
Le personnel lui aussi doit pouvoir travailler en paix et ce genre d'animosité exprimée par les mécontents agit aussi sur leur moral et cela on n'a que trop tendance à l'oublier

Écrit par : lovejoie | 29/11/2017

Bravo d’avoir pris la plume sur ce sujet si délicat. Délicat, car osez dire que le lieu est mal choisi, c’est pour beaucoup comprendre qu’on est contre les migrants.
Pour toutes les raisons que vous mettez en évidence, je suis entièrement d’accord avec vous, ce lieu ne convient vraiment pas

Écrit par : Opaline | 29/11/2017

Sans sortir du sujet des requérants d asile à Genève, il faut signaler que l UE joue un rôle de la planification de l "accueil" de ces requérants. De surcroît que l UE n est que l outil de l Otan et de Washington. Il n y a qu à voir Jean Claude Juncker qui a été forcé à démissionner du poste de PM du Luxembourg puis il a été remercié et recyclé au poste du président de l UE. Il a quitté son poste de PM du Luxembourg suite au Premier grand scandale, Gladio qui est la présence d une unité de plusieurs cellules clandestines d espionnage de l Otan dans toute l Europe.

Cette UE impose un quota de requérants à la Suisse comme par ailleurs à la France. Mais, cette dernière qui est plein dedans de l UE ne l applique pas mais par contre on tape sur la Suisse!

In fine, avez nous entendu que les Salafistes de la Saoudie avec leur Daech ou les Frères Musulmans soutiens d Al Qayda/Al Nosra au Qatar, en Egypte, aux Emirats et Koweit, avons nous entendu qu ils avaient accueilli sur leurs territoires un seul requérant musulman?

Écrit par : Charles 05 | 29/11/2017

"Et, donc, chère Madame privilégiée, on les met où, ces personnes ? ( Qui, pour rappel, sont chacune comme un (ou une) comme vous et moi.)"
On les laisse chez eux, ou on les renvoie chez eux, parce que justement nous aussi on existe et qu'on n'a aucune envie d'avoir ces gens ici CHEZ NOUS. C'est aussi simple que ça...

Écrit par : Géo | 29/11/2017

Du grand art Patoucha :-)

Écrit par : absolom | 29/11/2017

Les commentaires sont fermés.