30/12/2017

Bonnes résolutions

Et voilà ,c'est fait ! La page de 2017 est tournée, place aux chiffres pairs. Bien sûr, vous souhaitez à votre famille et à vos amis le meilleur pour la nouvelle année. Et vous, qu'espérez-vous. Les irréductibles optimistes penseront à leur santé qui passe par la case "balance". Après avoir dégusté les délices de tante Berthe, les bricelets craquants de grand-mère, le lapin à la moutarde et vin blanc de cousine Josiane, la fondue chinoise familiale... Et que sais-je ? Les régals se suivent et ne se ressemblent pas. Vous lorgnez, promis, juré, je crache par terre, vers une diète légère. car trop inverser la tendance risque de bouleverser votre système digestif, qui, i faut l'avouer , n'a pas mal absorbé tous ces excès. Mais vous entrez de justesse dans votre jean préféré et vous fermez difficilement les boutons de votre chemise. Ou plus simplement, vous ressentez une lourdeur suspecte en montant les escaliers.

Donc, vous prenez le taureau par les cornes, ou plutôt le poids par la sévérité. Plus de chocolat (c'est si bon!), plus de viande grasse (si succulente), plus de sucre , ni de crème dans le café (il sera plein d'amertume et vous avec) et ne parlons pas des frites... Bon ça, c'est pour ce qui entre, mais occupons-nous de ce qui devrait s'évanouir. Bien sûr, vous programmez un peu plus de mouvements, d'exercices physiques, des promenades à pas vifs. Mais il fait froid, il pleut, alors on est trop bien sous la couette avec un bon livre (exercice cérébral tout de même). De plus, les fitness sont éloignés, trop chers, en pause hivernale. bof, on attend le printemps.

Et les autres bonnes résolutions: être patient, aimable, reprendre contact avec les amis et le famille... Cela va de soi, évidemment. On va pas se polluer la tête avec des résolutions aussi évidentes.

Bonne chance, bonne nouvelle année et prenez soin de vous.

09:24 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18/12/2017

Le baron tzigane

De la musique, du mouvement, des chœurs, de belles mélodies... Tout ça sur la scène de l'Opéra des Nations pour la représentation du Baron Tzigane de Johann Strauss. Il faut ajouter que le public, dimanche en fin d'après-midi, était enthousiaste et n'a pas ménagé ses applaudissements. Alors quand je lis la critique de Rocco Zacheo dans la Tribune de de lundi, je me pince. Avons-nous vu le même spectacle? Apparemment pas. "Costumes quelque peu ridicules. Numéros d'un goût parfois discutable. Gags scéniques éculés. Mauvais enchaînements. Espaces dangereusement vides dans la succession des tableaux. Flottement sur la qualité musicale de la production...." Et j'en passe. Je ne suis, mais alors pas du tout, spécialiste en opérette. Mais quand la musique est plaisante ( et celle de Strauss l'est tout particulièrement), l'orchestre magnifique, les costumes épatants et les voix belles, que demander de plus? Et ce n'est pas l'avis d'un "spécialiste" qui va gâter mon plaisir, ni celui des centaines de spectateurs étagés dans les rangées de l'Opéra.

On peut critiquer (c'est même souvent positif), corriger, reprendre. Mais la critique de lundi relevait plus d'une entreprise de démolition émanant d'une personne frustrée que d'une réelle et constructive critique. Bon chacun son truc. A moi le contentement et le bonheur (peut-être béat) de passer un moment exceptionnel; au journaliste la tâche d'écrire son article et de détecter toutes les imperfections.

Lire la suite

16:35 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

12/12/2017

Papier ou numérique

Il n'y aura finalement pas de guéguerre entre les livres imprimés et les éditions sur tablette numérique- C'est en tout cas ce que les professionnels affirment, libraires en tête. Et finalement, je suis  bien d'accord avec eux.

La tablette est pratique, elle peut contenir plusieurs titres, un avantage en voyage ou en vacances . On peut oublier le poids des mots dans les valises et se régaler de différents ouvrages sans vergogne. Mais en pleine lumière, sur la plage, sous un parasol ou au bord de la piscine, la lecture n'est pas toujours agréable. De plus  les dernières parutions, les prix Goncourt et annexes sortent avec pas mal délais.

D'accord l'exemplaire papier est lourd, surtout quand il s'agit de pavés, comme il en sort beaucoup ces temps-ci. Il encombre et appesantit les bagages. Mais rien ne vaut l'odeur du papier, son toucher et son maniement.

Vous allez en librairie, vous humez l'air du temps, déchiffrez les titres, reconnaissez un auteur au passage. Surtout vous pouvez prendre le livre pour le feuilleter (avec précaution) et le reposer. Puis vous passez au suivant. Ces opérations vous font déjà plaisir et vous donnent un avant goût du bonheur que vous aurez  lire.

Devant tant de tentations, vous êtes incertain, hésitant et vous faite appel au  libraire . Il vous oriente, répond à vos questions et vous recommande parfois tout autre chose, ce qui vous surprend. Mais il a bien compris vos envies et vos intérêts. Arrivé à la maison, vous vous félicitez de votre choix. En plus d'avoir acheté un bon bouquin, vous avez discuté, communiqué et, peut-être, débattu avec un professionnel passionnant. Vous retournerez avec enthousiasme dans ces rayons si pleins de tentation. Ce qui de toute évidence n'est pas la même démarche quand vous acquérez un livre d'un clic. Encore un truc, tout personnel. J'aime beaucoup lire au lit avant de m'endormir. Avec un livre sous la lumière de l'abat-jour, je me sens comme dans un cocon...Qui dit mieux?

09:56 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |