10/01/2018

Manger sain: un leurre

A longueur de journal, de radio et de télévision, on vous donne des conseils pour manger plus sainement, pour éviter les produits nocifs, faire du sport et donc pour vivre plus longtemps en bonne santé... Notons, juste au passage, que les hommes des cavernes se nourrissaient d'aliments non traités, qu'ils galopaient énormément et qu'ils mourraient à 20 ans ou pas loin. Bon, comparaison n'est pas raison, car des tas d'autres facteurs entrent alors en ligne de compte.

Prenons l'exemple des herbicides hautement critiquées pour leur effet néfaste sur la santé. Et bien le glyphosate vient d'être autorisé par l'Union européenne pour cinq ans de plus. Donc autant d'années supplémentaires à nous empoisonner en toute légalité et même avec la bénédiction des autorités. Une alternative, consommons des produits bio. Mais s'ils jouxtent une parcelle traitée, le moindre souffle de vent leur fera profiter de l'arrosage chimique des voisins. Bio, d'accord évidemment, mais sans une réelle garantie.

Tout ce que vous achetez dans les magasins est trop gras, trop sucré ou trop marqué chimiquement. Nous peinons même à trouver des fruits et légumes au-dessus de tout soupçon. Pensez aux pommeraies plantées le long de l'autoroute entre Genève et Lausanne, merci l'arrosage aux gaz d'échappement. Pensez aux vignes que des dizaines d'avions surplombent chaque jour... et la liste est longue.

A mon avis de néophyte, manger sainement est un leurre. il faut arrêter de nous bassiner avec des tas de conseils, d'ailleurs souvent contradictoires. Nourrissons-nous de plats variés, diminuons la dose de sucre ajouté, réduisons l'apport de sel, mais sans excès. Mettons l'accent sur les fruits et légumes en nous informant de leur provenance. Mais ne soyons pas sectaires, ni frénétiquement  critiques.

Marchons dès que nous pouvons, même les petites distances sont à prendre en compte. Et surtout vivons sereins, rions, aimons, ripaillons de temps en temps, ayons des contacts sociaux. Le nourriture n'est pas tout dans l'existence.

 

11:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

07/01/2018

Merci les corneilles

On ne devrait pas nourrir les oiseaux, car cela les affaiblit et ils comptent alors trop sur l'humain pour trouver leur pitance, qui se trouve dans la nature, même en hiver. Peu de gens suivent cette recommandation et moi en premier. J'ai pour voisin et habitué des lieux un couple de corneilles, bien noires et très peu bavardes.

Quand j'ouvre le store de la cuisine à potron-minet, tranquillement, perchées en face sur le fil du téléphone, elles scrutent mes mouvements. On se salue poliment et silencieusement. Selon les matins, je leur jette des quignons de pain, des couennes de fromage ou des débris de viande. Elles se concertent et planent paresseusement pour picorer le pain ou alors foncent comme des obus sur les produits fromagers et carnés. Elles déambulent avec gravité parmi la victuaille et choisissent avec soin le morceau qui leur convient. Mais ces bestioles ne sont pas sectaires, elles goûtent tout autant les pâtes et le riz. Donc, chez moi pas de restes qui traînent dans le frigo et pas de scrupules à ne pas finir un plat. Là dehors, ils a des amateurs affamés.

L'été quand on mange sur la terrasse, elles se perchent sur le bouleau voisin, attendant avec une patience infinie les restes. Toujours en silence, sauf parfois un "clop-clop-clop" rythmé, ces deux corneilles m'entourent de leur présence bienveillante. Pas belliqueuses du tout, elles n'empêchent pas les autres volatiles de venir picorer leur part. C'est ainsi que mésanges, moineaux, pies et même rouges-gorges sont réunis autour d'un repas providentiel.

Lorsque je m'absente quelques jours, pas de récriminations, mais une présence immédiate, amicale (je me fais des idées, c'est sûr)et intéressée, c'est normal. Mais au moins quelqu'un m'attend et c'est parfois bien sympathique, même si ce sont des corneilles.

09:25 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |