08/02/2018

La saga des travaux

Votre intérieur a besoin de rafraîchissement? Pas de problème, vous appelez l'artisan  ad hoc. Mais c'est véritablement là que commencent les entourloupes, pas vraiment graves, mais qui prennent la tête. Le plombier est un homme en or, minutieux qui opère dans le calme, la bonne humeur et l'efficacité. Pensez-vous? Vous restez sagement à la maison pour l'accueillir. A l'heure fixée, rien! Vous laissez passer le quart d'heure de politesse, puis rappelez sur son portable: "Oh, je suis  bien embêté, j'ai eu une urgence: des WC qui débordaient". " Je veux bien, mais mon évier bouché, alors?" "J'arrive dès que je peux".

OK mon gars, je me tourne les pouces patiemment. Deux heures plus tard, évier toujours bouché et horizon désespérément vide. Rappel: "Oui j'arrive, mais il y a des bouchons et je n'avance pas." Enfin l'homme providentiel s'encadre sur le pas de la porte: "Alors où est le problème?" Et gaillardement, il attaque la tuyauterie. "Mince alors, saloperie de système, je n'ai pas les bons outils. Il faut dire que chez vous, c'est pas standard. Je vais chercher ce qu'il faut et je reviens vite." Vite, c'est en effet vite dit... Les minutes, les quarts d'heure coulent et vous voyez votre facture enfler, gonfler et déborder comme les WC cités précédemment. Comme vous ne pouvez pas cohabiter avec un évier bouché, il faut bien juguler votre énervement et accueillir en souriant le mec bardé d'outils. La réparation opérée, vous lui proposez un café espérant que cela influencera le montant de la facture. Il boit sa tasse à petites gorgées et jacte à qui mieux, mieux: ma famille ci, ma voiture ça, les collègues, la difficulté du métier, les clients qui ne paient pas, Ouille, nous y voilà. "Je vous enverrai ma facture"; conclut l'homme de l'art tout guilleret après sa dose de caféine. Et quand la douloureuse arrive, vous n'êtes vraiment pas surpris en bien. Il ne s'embête pas, le gaillard: Déplacements, déplacements-bis, heures passées sous le robinet...Et peut-être même le temps de boire un café...

Bof, tout ça pour dire que "mon" plombier (je l'affirme haut et fort) n'a rien à voir avec ce portrait décourageant. Mais en écoutant les récits des uns et des autres, je suis convaincue qu'il existe. Et comme il est indispensable, il a toujours du boulot.

10:51 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Article court, sympathique et fort bien rédigé ! Agréable...comme un plombier qui n'abuserait pas de la facture Bravo en tous cas

Écrit par : sylvie | 10/02/2018

Les commentaires sont fermés.