16/08/2018

Fidèle ou pas fidèle

Yannick Buttet est au centre  d'un cyclone médiatique. C'est un politicien d'un certain renom d'accord. De ce fait, il a donc des responsabilités officielles. Un jour (le seul?), il a un peu trop bu et il s'est mis ä harceler une maîtresse que beaucoup ont découverte à cette occasion. Encore d'accord. Mais enfin, Est-ce le cas d'en faire tout un fromage? il a fait son mea culpea et sa femme semble avoir accepté ses excuses. Il promet de ne plus boire avec excès et, difficilement, il choisit entre maîtresse et femme légitime. Beau sujet d'été pour la presse qui en fait ses choux gras. Mais ne pourrait-on pas laisser ce couple tranquillement régler ses affaires dans l'intimité. Plus on étale les faits sur la voie publique, plus on inscrit sa conduite déficiente dans la mémoire des gens.

Buttet, à moins d'être bêtement fier de ses écarts, souhaite certainement retrouver une certaine paix que seul l'oubli lui procurera. Et sa femme? Elle a pardonné. Vraiment? Il lui restera quand même toujours une petite appréhension qui surgira de temps en temps. Sans vouloir faire de la psychologie de café du commerce, je pense que loin des médias, le couple retrouvera plus facilement la paix et une belle entente. Donc. adieu Buttet, bon été.

08:09 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis heureuse d'apprendre qu'un homme se retrouve face à lui-même et qu'il retrouve sa confiance et sa joie pour les choses simples comme la famille, le sourire de ses enfants ou même la présence revenue de ses animaux de compagnie.

Yannick Buttet, avait-il eu besoin de brasser beaucoup d'activités, de se voir attribuer beaucoup de mandats de société ou en politique pour se sentir exister?
Mais exister, est-ce suffisant? Parce que, encore, il faut conduire cette existence-là, et ce n'est pas encore la sienne-propre.

Avec cette épreuve médiatique et l'incompréhension des proches protagonistes, Yannick Buttet a fait des progrès sur lui-même que seul l'abandon de l'alcoolisme n'aurait pas connus. Il dit avoir retrouvé le bonheur auprès de son épouse. Du plaisir à s'occuper de leurs enfants...
Je suis sûre, le plaisir aussi de retrouver les délices d'un sommeil normal, d'un repas dans la quiétude familiale, le goût du pain ou d'un seul verre de bon vin. La vie normale n'interdit pas d'apprécier un verre de bon vin, quintessence des labeurs en pleine nature et dans les profondeurs des caves.
Yannick Buttet a retrouvé le goût de la simplicité: celui de ne plus rien cacher, de ne plus se cacher à lui-même et ni aux autres.

A partir de là Yannick Buttet pourra refaire des projets pour lui et en commun avec sa famille.
Grâce à la patience. A la résilience de son épouse, Yannick Buttet va renaître et s'élever tout seul. Sans béquilles! Tant de choses qu'il ignorait ou voulait ignorer, il va les découvrir ou les redécouvrir: les outils pour faire échec aux illusions à l'éphémère, au factice, aux leurres et aux pièges de la séduction.

Quant à sa compagne, d'après ses propos, je peux l'imaginer ne rien pouvoir oublier même si elle a tout pardonné. Les cicatrices ne se refermeront que si le compagnon a réellement changé. Pour cela, elle devra encore endurer l'épreuve du temps. C'est lui qui dira si son compagnon a bien tiré les leçons de son naufrage et si son choix (non pas un recours) se portera encore et toujours sur leur couple et la famille.

Finalement, les articles de journaux, ont-ils été bénéfiques dans cette affaire ou néfastes?
Les confessions de Yannick Buttet l'ont-elles vraiment libéré ou bien sont-elles un simulacre qui gardera son homme prisonnier entre les miroirs déformants?

J'ai voulu apporter cette contribution, non pas parce ce que le cas concerne une personnalité politique, mais parce que nombre de femmes, de couples (un sur deux ou trois), connaissent des épisodes semblables dans leur vie. Parfois, les femmes résilientes ont gaspillé toute leur santé et leur vie entière pour rien. Pire, elles souffrent dans le silence et dans l'abnégation. C'est proprement inhumain. Mais le monde féministe ne soulève jamais ces problèmes mortifères qui ne font pas spectacle de violence. Dans ce même temps, ces femmes voient leur compagnon déchoir dans une visible solitude de vieil enfant qui n'évolue pas et qui n'a jamais connu de vie d'homme sachant aimer, connaissant la joie de vivre et contaminant les siens de cette joie.
Il est primordial de diagnostiquer l'éternel enfant malheureux en l'homme pour pouvoir protéger ses enfants des conséquences de l'égo-centrisme inconscient de leur père, car devoir prendre ou subir la charge de leur père ou des deux parents, peut les rendre dépressifs, et ce genre de dépression est insidieux. Il travaille avec le temps en toutes latitudes. C'est un vrai danger pour les enfants, les mères devraient s'en préoccuper sérieusement.

Écrit par : Beatrix | 18/08/2018

Vous avez certainement entendu parler de la Terreur sous la Révolution française ?
Les dirigeants révolutionnaires de Paris ont envoyé en province des représentants omnipotents pour remettre à l'ordre ceux qui ne s'alignaient pas directement sur les directives de Paris. C'est ainsi que l'on connaît un certain nombre de ces tortionnaires maléfiques, qui ont fait tous preuve de beaucoup d'imagination dans les supplices mortels infligés aux ennemis de la République.
Un de ces cas est particulièrement intéressant : Meignant l'Auvergnat, après avoir fait des prodiges dans les horreurs dans le Sud de la France a voulu revenir au pays à la Restauration. Ce type avait fait massacrer des centaines de curés et autres ecclésiastiques. Les autorités locales ont évidemment refusé tout allègement de sa peine à ce monstre, et c'est alors qu'on vit le spectacle le plus incroyable du monde : des milliers de citoyens appuyés par leur curé (fort nombreux) pétitionnant pour le retour de l'enfant du pays, lui qui avait fait raser le village de Béduin, rendu célèbre aujourd'hui par le passage du Tour de France au Mt Ventoux...

Buttet s'est comporté comme un porc - je m'excuse envers ce noble animal, Buttet est mille fois moins humain qu'eux...- envers nombre de parlementaires à Berne. La liste de ses exactions est tellement longue qu'il n'y a pas de place dans les blogs pour cela.

Et voilà-t-y pas qu'une gentille dame...

Écrit par : Géo | 22/08/2018

Les commentaires sont fermés.