14/09/2018

Sus au Maudet

Je l'écris, je l'écris pas? Tant pis j'y vais.

Pierre Maudet est condamné avant même d'avoir été jugé. Et cela traîne... et les médisants s'en donnent à cœur joie. C'est écoeurant. Un magistrat de talent qui travaille dur (et qui du coup est exigeant avec ses troupes), qui se dépense sans compter pour Genève est enseveli sous une foule de critiques toutes plus malveillantes les unes que les autres. Il me semblait que la justice avait deux plateaux. Dans ce cas, on a accumulé les accusations sur le " plateau coupable", tandis que l'autre restait bizarrement vide, voire très léger. Cet homme n'a ni tué, ni volé, ni même donné un coup de pied dans la fourmilière. Il a menti. OK, il l'a reconnu, s'est excusé. Il n'a en rien nui à l'Etat, à Genève et à ses concitoyens.

Une grosse bourde, des fréquentations trop axées du mauvais côté de la planète... Et si tout ça s'était passé avec Manuel Macron ou la délicieuse Angela Merkel. Tout le monde aurait applaudi : "Ah voilà un magistrat qui sait entretenir les liens diplomatiques." Mais, Pierre Maudet s'est trompé, ses fréquentations sont douteuses et ses (hyper) riches amis lui font des cadeaux, c'est plus que louche. Mais cet homme n'a pas trahi les loi, ni les institutions. Il a juste menti (et qui ne l'a pas fait?), ce qui a grandement irrité ses pairs. Tournons la page, Genève ne sort pas grandie de ces tribulations verbales et de ces anathèmes virulents. D'ailleurs qu'est-ce que ses détracteurs ont fait pour le bien de Genève: des gesticulations verbales qui ne laisseront pas un souvenir impérissable.

Je suis naïve et je suis loin de connaître toutes les données de la question, mais j'écris mon sentiment de révolte devant tant d'acharnement et mon opinion est certainement largement partagée.

 

16:02 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |