07/11/2018

Courage, fuyons!

Les Automnales, une manifestation bien sympathique où on peut boire, manger, sélectionner et comparer toutes sortes d'équipements. Une seul petit doute: il y aura beaucoup de monde et ça va être ardu de circuler...

Mardi après-midi, c'était tout le contraire: des allées vides et, corollaire, des vendeurs condamnés à l'oisiveté. L'oisiveté ? Pas tout-à-fait, car les rares potentiels clients sont interpellés, arnaqués, débusqués et assez violemment pris à partie, verbalement bien sûr, mais c'est néanmoins très gênant. Du côté du secteur de l'ameublement, impossible d'examiner tranquillement le stock. "Nos canapés vous intéressent? Vous pouvez les obtenir dans toutes les couleurs....." "Non merci, nous regardons, nous comparons et, le cas échéant, nous reviendrons." Et le vendeur de continuer sa litanie: "Nous sommes Imbattables sur les prix, nous vous livrons le tout et reprenons l'ancien..." "Merci, mais c'est non". Nous continuons notre progression et nous entendons derrière notre dos: "Gnagnagna, c'est toujours pareil! avec ces vieux!" Et encore plus fort, une vendeuse  nous barre la route :"Venez voir nos fauteuils, ils sont confortables et adaptés aux seniors. " Bon on n' a pas l'air d'avoir les 20 ans perdus de vue, il y a longtemps. Mais enfin toutes ces remarques peu flatteuses ne nous engagent pas à faire un achat, D'autant plus que les prix,  -30% durant le salon, ne sont pas convaincants. 5.000 francs pour un canapé deux places, en cuir d'accord...  Trop c'est trop. Excédées par ces interpellations incessantes et envahissantes, nous fuyons et différons notre envie de canapé. Ces méthodes agressives indisposent plus d'un chaland, car les stands sont pratiquement partout déserts.

Dans certaines autres parties des Automnales, le ton change et le climat aussi. On nous propose aimablement et poliment à visiter le stand et à découvrir les produits. Alors, nous nous arrêtons volontiers. Même si un achat ne conclut pas les échanges, nous recevons une carte avec les coordonnées du magasin.

Après ces déambulations, un arrêt gourmand s'impose.: des canapés, de foie gras cette fois, avec un verre de vin de Cahors. Point final!

10:59 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.