L'intelligence des corneilles

La ligne téléphonique  qui surplombe la fenêtre de ma cuisine est le perchoir préféré de "mes corbeaux", pardon corneilles. Mais attention seulement à certaines heures, car ces volatiles ont une horloge interne ou une vue perçante. Ils déboulent régulièrement au moment du petit déjeuner, mais plus volontiers encore après le repas de midi. En équilibre sur une patte, le matin les oiseaux  hésitent. Vaut-il la peine de se déplacer pour une croûte de pain ou un reste de tartine? Ce n'est pas vraiment tentant. Tout de  même, il faut vérifier. Alors dans un élégant vol plané, ils atterrissent sur la rampe du garage, sautillent de ci, de là. Hésitent, picorent, laissent tomber. Bon  ce coup-là, les moineaux ont toutes leurs chances. Il n'y a pas vraiment de concurrence. Le sol nettoyé, tout le monde disparaît. Pas pour longtemps. Aux alentours de midi, réapparition de mes copines en robe noire. Patiemment, elles observent. Qu'est-ce qu'il y a au menu aujourd'hui? Croûte de fromage (ça na vous rappelle pas "le corbeau et  le renard?"), pelures de saucisson, petits bouts de gras divers. Elles plongent sur leur proie qu'elles vont déchiqueter et dévorer sur le toit du voisin, bien à l'abri des convoitises. Avec ce système, rien ne se perd et devant le garage, tout est putzé et avalé. Par chance, elles ont l'élégance d'aller digérer ailleurs. Evidemment, parfois, elles tardent un peu à faire leur marché, mais le chat d'à côté, alors, n'en perd pas une miette. Il s'est même converti aux couennes de fromage.

Parfois bien garni, le menu est trop abondant, les corneilles n'ingurgitent pas tout d'un coup. Alors, elles prennent délicatement dans leur gros bec le surplus et vont le cacher dans des feuilles mortes sous la haie d'en face.

Bien élevées ces bestioles n'élèvent jamais la voix. Des corneilles muettes.... On dirait qu'elles ne veulent pas déranger. Parfois après la saison des amours, un petit rejeton accompagne ses parents, tout aussi discret et bien éduqué. On dirait que ces oiseaux règnent sur un territoire défini. Aucun autre de leurs congénères ne s'aventure sur cette chasse gardée. Aussi jamais de chamailleries, de croassement intempestif. Ce sont les gardiennes de mon espace aériens.

Alors moches, bruyantes et dérangeantes les corneilles? Pas du tout. Amicales et discrètes, elles font le ménage par bonheur avant que le voisin ne râle devant les détritus comestibles, mais pas franchement esthétiques. Merci les copines!

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.