15/11/2017

Le fléau de la maltraitance

Présente dans beaucoup de secteurs la maltraitance est souvent passée sous silence. le Dr Nadir Boumendjel, spécialisé en gériatrie, a bien étudié la question et il tire la sonnette d'alarme. 4 à 5% des personnes âgées sont maltraitées en communauté et 10% le sont dans les hôpitaux et EMS; ce qui donnerait à Genève un total de 3 à 5000 personnes. On ne parle pas (toujours) de coups ou d'insultes, mais d'actes plus insidieux comme la malveillance ou la négligence, les harcèlements de toute nature, la crainte et le chantage. Mais encore les omissions, l'oubli d'apporter toute l'attention requise, le non-respect de l'intégrité physique... La liste est longue. Les patients dans les EMS sont vulnérables et ils dépendent du bon vouloir de l'ensemble du personnel. De plus, souvent les victimes ou leurs proches redoute d'en parler de peur de représailles.

Le docteur Boumendjel est formel: "il y a obligation de signaler  ces conduites répréhensibles, c'est un devoir de protection et un acte citoyen. En cas de doute, parler avec une personne de confiance. Le laisser-aller est  une forme de négligence et est assimilée à la maltraitance."

Pour les auteurs de tels actes, les conséquences seront lourdes. Au civil: dommages et intérêts; au pénal: peines pécuniaires et privatives de liberté. Ou plus encore, retrait à l'EMS le droit de pratiquer.

09:48 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |