15/04/2017

Et si on se la jouait country?

 

 

 

 

IMG_1534 (3).JPGMusique country. Ouais bof! Je ne  connais pas vraiment. Mais, on peut parfaire ses connaissances à tout âge. pas besoin de voler jusqu'au Texas; il fallait juste rouler quelques kilomètres jusqu'à Corsier. Dans une grange, Roger (Rodger) avait organisé un concert country avec en vedette Rose Whitney. Inconnue au bataillon!  Plein de curiosité, on débarque... Mais pas vraiment puisqu'on est passé tout droit devant la ferme. Demi-tour donc et cette fois, stop, c'est bon.

Le concert se déroule dans une grange sans chichi. Le patron sert ses vins avec pain fromage. Il ouvre lui-même chaque bouteille, en prenant soin d'en goûter consciencieusement le contenu. En première partie, un duo de country plus vrai que nature: robe et coupe de cheveux vintage pour elle, chapeau sur la nuque, chemise à tête de mort et boucle de ceinture brillante pour lui. Pas des voix d'opérette, mais des organes puissants et envoûtants.

Puis arrive la vedette, Rose Whitney herself, toute mignonne, guitare en bandoulière, accompagnée de deux musiciens et d'un bassîste de choc. Quelle âge a cette country woman? "Entre 18 et 38 ans", suppose ma voisine. Bingo, elle est née en 86. De cette frêle silhouette sortent des les sons un peu rocailleux de country pure jus. Elle a du coffre, cette petite. Dommage que le batteur maltraite aussi violemment ses instruments, il lui casse un peu la voix. Elle fait défiler une ionne partie de son répertoire. Le public, tout émoustillé, ne tient pas en place. On danse, on se balance, on se trémousse, on tape des mains, claque des doigts. Plus personne ne tient en place. L'ambiance monte de quelques degrés pendant que la chanteuse si fine et frêle lance ses notes avec vigueur et conviction. Un bien beau moment de country dans la country genevoise. Un dépaysement garanti et bienvenu.

16:28 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

11/04/2017

Ah le beau mérite

 

Ah le beau mérite

 

Elle le méritait largement et elle l'a eu... C'est bien sûr de Jacqueline De Bay qu'il s'agit. Depuis des années, elle se démène pour améliorer la qualité de vie des Thônésiens. Il était temps que sa commune la remercie. Et ce fut fait lors d'une belle cérémonie. Tout d'abord, Philippe Decrey, conseiller administratif a rappelé les belles heures de la récipiendaire. Il y a quarante ans, elle lançait la ludothèque pour la plus grande satisfaction des parents et le bonheur des enfants. Cette institution marche toujours grâce au nombre de bénévoles qui se sont succédés pour la maintenir. Et cette année, les "55 ans et +" fêtent leur dix ans grâce à au dévouement de Jacqueline, qui, après avoir fondé ce mouvement, le porte avec l'aide d'un comité. Les seniors de Thônex s'y retrouvent pour écouter des conférences, visiter des lieux plus intéressants les uns que les autres, suivre des cours et s'affronter dans des joutes amicales. Un peu émue, mais très digne, Jacqueline a fait un petit discours pour relater toutes ces années associatives en mettant l'accent sur les points forts et en remerciant ses collègues et les autorités de l'avoir distinguée par ce mérite. Bon nombre des membres des "55 ans" étaient venus soutenir leur égérie et ils ont applaudi avec fougue ses belles paroles. Un buffet richement garni a été servi. Entre le risotto, les malakovs, la raclette et les douceurs, les convives avaient l'embarras du choix. Une très chic soirée donc pour fêter aussi les nouveaux citoyens et les jeunes ayant atteint leur majorité et, et bien sûr, surtout Jacqueline, toute pimpante dans sa veste rouge.

12:48 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/04/2017

Les achats: course d'obstacles

Vous aimez les supermarchés? D'accord, on y trouve facilement de tout et à des prix... raisonnables. Mais la somme d'efforts que ça exige est incalculable. Vous prenez votre voiture, obligatoire pour transporter toutes vos courses. Vous la parquez dans une place, un poil trop serrée, sans oublier votre ticket de parking. Vous cherchez une pièce de monnaie pour prendre le chariot. Vous déambulez dans les rayons. Avec un peu de chance, vous tombez assez vite sur les produits que vous voulez. Vous les prenez, les placez dans votre chariot. Vous allez à la caisse, prenez un sac. Placez tout  l'assortiment de votre chariot sur le tapis roulant et vous les récupérez en fin de course. Vous payez.

Vous rejoignez le parking, mettez vos achats dans la voiture, ramenez le chariot, récupérez votre pièce. Vous glissez votre ticket dans la fente de l'automate et vous touillez dans votre porte monnaie pour payer votre séjour. Vous vous glissez hors de votre place de parc, enfilez le ticket dans la fente adéquate et vous rentrez chez vous. Vous prenez vos commissions et vous les rangez. Ouf, cela fait combien d'opérations? En gros une vingtaine. Pas mal.  Ah, j'ai oublié. Auparavant, il faudrait mieux établir une liste d'achats. Histoire de ne pas recommencer le périple trop souvent.

10:16 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |