23/11/2017

L'automne fatigue

L'automne amène une certaine lassitude. Je sens une réelle fatigue ambiante et mes vertèbres couinent plus que d'habitude. Après un flamboyant été indien, les brumes et la froidure nous rattrapent. Normal, c'est de saison, mais la transition est sèche. De plus, il faudra encore patienter jusqu'au printemps pour retrouver douceur et clarté. Rien à faire d'autre que d'attendre sans trop se morfondre. La voiture a besoin de pneus neige. Il va falloir s'emmitoufler de bonnets, manteaux, gants fourrure et cache-nez... Non, tout de même, on n'est pas chez les Inuits.

Tout de même, il y a de belles compensations, à commencer par la Fête de l'Escalade, avec ses cortèges enluminés, Noël paré et empaqueté. Puis les petits gueuletons de fin d'année, tous meilleurs les uns que les autres. Et on continue par les Rois où sont sacrés les plus chanceux.

Et le printemps s'avance sur la pointe des pieds: modestes perce-neige, fières jonquilles et narcisses, peureux crocus et pour finir tulipes multicolores. Donc, il n'y a vraiment pas lieu de se lamenter. Mais quand le spleen vous enveloppe sans avertissement, mieux vaut oublier, si  possible, la saison et le temps morose. Comment? En sautant dans un bon livre, en se promenant sous les arbres dépouillés, avec une petite agape avec des amis. Et de manière générale avec tout ce que vous aimez faire. Prenez le temps et peut-être quelques vitamines. Bonne chance!

10:25 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

15/11/2017

Le fléau de la maltraitance

Présente dans beaucoup de secteurs la maltraitance est souvent passée sous silence. le Dr Nadir Boumendjel, spécialisé en gériatrie, a bien étudié la question et il tire la sonnette d'alarme. 4 à 5% des personnes âgées sont maltraitées en communauté et 10% le sont dans les hôpitaux et EMS; ce qui donnerait à Genève un total de 3 à 5000 personnes. On ne parle pas (toujours) de coups ou d'insultes, mais d'actes plus insidieux comme la malveillance ou la négligence, les harcèlements de toute nature, la crainte et le chantage. Mais encore les omissions, l'oubli d'apporter toute l'attention requise, le non-respect de l'intégrité physique... La liste est longue. Les patients dans les EMS sont vulnérables et ils dépendent du bon vouloir de l'ensemble du personnel. De plus, souvent les victimes ou leurs proches redoute d'en parler de peur de représailles.

Le docteur Boumendjel est formel: "il y a obligation de signaler  ces conduites répréhensibles, c'est un devoir de protection et un acte citoyen. En cas de doute, parler avec une personne de confiance. Le laisser-aller est  une forme de négligence et est assimilée à la maltraitance."

Pour les auteurs de tels actes, les conséquences seront lourdes. Au civil: dommages et intérêts; au pénal: peines pécuniaires et privatives de liberté. Ou plus encore, retrait à l'EMS le droit de pratiquer.

09:48 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/11/2017

Saga du café

Un petit noir le matin pour dérouiller les neurones, un autre à 10 heures pour alimenter la machine, le suivant après le dîner pour aider la digestion... On n'en finit pas! C'est un marché juteux, car le commerçant fixe le prix à sa guise. Chez nous, dans une fourchette de 3 à 4 francs et chez les Alémaniques, de Bâle et de Zürich, il monte à 4,50 et même plus à 5 francs. Ce qui n'est pas normal, car tout le monde se ravitaille chez le même grossiste. Allez chercher l'erreur. Dans les salaires, dans le prix de location des surfaces commerciales, dans le montant des impôts? Que sais-je? 

Et la différence, le fossé, le gouffre du prix est encore plus énorme si l'on passe la frontière: 1,20 euros en France voisine et 1 euro tout rond en Italie. On se pince. Bien sûr salaires et location y sont plus bas, mais pas à ce point. Donc il y a quelqu'un qui se sucre au passage au détriment du porte-monnaie du client.  A propos de sucre, savez-vous qu'il faudrait boire ce breuvage sans lait, ni crème, trop lourds à digérer et sans sucre pour rester fit.

En plus, je ne vous parle pas du goût. D'un côté, un breuvage souvent lavasse et insipide. De l'autre, une boisson très colorée et un tourbillon de saveurs fortes, qui propulsent des ondes de choc.

A vous de choisir votre préféré. Mais je me demande, si tout compte fait, il ne vaut pas mieux acheter une machine à café domestique, qui laissera couler l'arabica ou tout autre café de votre choix. Bien sûr, vous n'êtes pas toujours à la maison. Alors à la place de votre nectar favori, demandez une carafe d'eau. Vous verrez la tête

du garçon !!!

08:57 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |